CONTACTEZ-NOUS
󰀑 05.57.29.20.20
Accueil Blog News: Pénurie mondiale de vin ?
󰀄
Pénurie mondiale de vin ?
45 % de la production mondiale est concentrée sur La France, l’Espagne et l’Italie. Les conditions climatiques n’ont pas été favorables en Europe en 2017. Les gelées de printemps et un été sec sont à l’origine d’une baisse importante de la récolte jamais constatée depuis 1957. Vu la prédominance de l’Europe en matière de collecte, cela provoque une baisse de la vendange de 8, 2 % selon l’OIV (Organisation Internationale du Vin) et ce, malgré l’émergence des vins du nouveau monde qui pèsent moins de 30 % de la production mondiale. Ce phénomène de diminution n’est pas isolé à l’année 2017.
Il a débuté au début du siècle.

Est-ce la conséquence du réchauffement climatique ? La plupart des experts répondent par l’affirmative. Les différents sommets sur le climat ne font que confirmer ces avis.

La banque Morgan Stanley avait déjà averti en octobre 2013. Elle affirmait une sous production de 300 millions de caisses de vin et commentait que c’était le plus gros déficit de production depuis 50 ans.

Comment cela s’explique ?

La consommation mondiale ne cesse d’augmenter compte tenu de l’augmentation de la population et de l’augmentation des richesses. Celle des Etats Unis a doublé depuis le début du siècle et celle des chinois a doublé à deux reprises en 5 ans… Ce sont 2 grands pays en terme de population. Les pouvoirs d’achat y sont en constante évolution. Les traditions sont en adéquation avec cette noble boisson sans oublier la position sociale des amateurs de grands crus.
En face, la production a une forte tendance à la baisse depuis les années 2000. Comme nous sommes sur un marché d’offre et de demande, les prix augmentent.
En 2017, selon l’OIV, la consommation mondiale de 240 à 246 Millions d’hectolitres devrait se rapprocher de la production de 246 millions d’hectolitres. C’est insuffisant compte tenu des 25 à 30 Mh utilisés par l’industrie : Vinaigre, Vermouth, Brandy… Il faudra donc puiser dans les stocks !

Qui devrait en profiter ?

Les vendeurs de vin à bas prix devraient en faire les frais. En effet, il faudra pouvoir faire passer une hausse de prix sur les produits d’entrée de gamme. Cela risque d’être compliqué et la concurrence de la bière pourrait freiner les ventes.
A l’inverse, la raréfaction des vins haut de gamme entrainera une hausse des prix vu qu’ils ont un « price power » plus important. Les dernières courbes du Livex le démontrent avec une reprise suite à un été plutôt calme.

L’or rouge a de beaux jours devant lui !

Commentaires

Write a comment:

*

Your email address will not be published.

󰁓
󰀩 󰀭